A propos

Je vous souhaite la bienvenue sur Kiddymiam, le blog qui parle de la nutrition de nos enfants. Parce que leur santé se trouve dans leur assiette !

Docteur en sciences, spécialisée en nutrition, je suis très sensible à ce sujet et de plus en plus concernée par la place qu’elle devrait avoir dans nos vies. Surtout depuis que je suis maman ! En devenant maman, on se rend vite compte qu’en plus d’être responsable de nos propres choix alimentaires, on l’est aussi de ceux de nos chérubins. Et c’est à partir de là que ça se complique. Dès les premiers mois, on doit faire des choix : allaiter ou ne pas allaiter. Si on choisit d’allaiter, on se retrouve confronté aux éternelles questions de fréquence d’allaitement. Notre lait est-il assez nourrissant ou pas ? Peut-on manger tel ou tel aliment ? Etc…

Et si on choisit de ne pas allaiter, se pose alors la question de quel lait choisir? Pourquoi il ne finit pas son biberon ? Pourquoi il a encore faim ? Bref, des optimisations sont nécessaires dans les deux cas.

S’ensuit la diversification alimentaire. Certainement la période la plus « facile » à gérer en termes d’alimentation des enfants: tout est clair et bien documenté. On sait à partir de quel âge on peut commencer, quels fruits et légumes utiliser en premier et toute la démarche à suivre pour que ça se passe au mieux. Le web et les librairies regorgent de livres et documents à ce sujet (peut-être trop d’ailleurs). Nos chers chérubins sont encore dociles et comme on ne leur donne pas encore le choix, ils sont bien obligés d’accepter ce qu’on leur propose. Ils sont généralement curieux de ces nouvelles textures et saveurs et se constituent petit à petit leurs préférences alimentaires. Jusque-là en tant que parents on gère encore, il suffit de faire une purée et de s’armer de patience pour que Minimoi finisse son pot !

On passe ensuite aux morceaux mais là aussi les quantités et les recettes sont claires et faciles à appliquer. Mais pas forcément à faire passer. Minimoi est moins docile, il a appris à crachouiller et il commence déjà à préférer le sucré au salé. Même si ça commence à se corser, on sait qu’on fait les bons choix puisque on suit à la lettre ce qui est indiqué dans les revues spécialisées. Le vrai questionnement commence lorsque Minimoi commence à partager nos repas (soit entre 24 et 30 mois selon l’enfant), on regarde alors de plus près nos assiettes et on se rend compte qu’il faut revoir notre façon de se nourrir : renouer avec nos amis les légumes, ne plus autant saler, manger moins de viande, moins gras,… En bref, qu’on doit donner l’exemple car c’est la base même de l' »éducation alimentaire » d’un enfant. Mais au-delà de la notion d’équilibre alimentaire, clé d’une bonne santé, il y a la notion de plaisir. Notion sans laquelle se nourrir devient une corvée. Sans oublier que Minimoi qui est en pleine crise du non, ne compte pas nous faciliter la tâche, loin de là !

Je vous invite donc à parcourir ce blog, où je vais essayer de me pencher de près sur l’alimentation des enfants avec des articles informatifs, des astuces, des conseils et des recettes pour qu’on puisse donner à nos enfants les clés d’une bonne santé. Et cela dans la joie et la bonne humeur… youhouuu !